Kieli, des morts reposent sur les terres sauvages

kieli1Kieli2_10052009_155401

« KIELI DES MORTS REPOSENT SUR LES TERRES SAUVAGES »

Auteur : Yukako Kabei & Shiori Teshirogi

Titre original : Kieli Shishatachi wa Kouya ni Neru

Collection : Shôjo Terminé (Deux Tomes)

Parution : mai 2009

Editions : Tonkam

Prix : Inconnu

Nombre de pages : 192

Résumé

Kieli est une jeune fille de 14 ans qui vit à l’orphelinat depuis la mort de sa grand-mère. Elle est réservée et a peu d’amis à cause de son don spécial : elle peut voir et parler aux esprits des défunts restés parmi nous. C’est pour cela que Becca, le fantôme de sa colocataire, reste attachée à elle. Jusqu’au jour où elle rencontre Harvey l’Immortel, un jeune homme mystérieux qui partage son pouvoir et semble lié à la grande guerre qui se déroula 80 années auparavant. Dès lors, Kieli va rester auprès de Harvey, espérant en apprendre plus sur son pouvoir et sur son nouvel ami…

Mon Avis 01

Ce manga est sorti en 2009 en France aux éditions Tonkam. Il avait principalement pour but de faire découvrir les romans éponymes de Yukako Kabei (auteur de Welcome to Hotel Williams Child Bird). En se procurant ces deux tomes, on peut d’abord croire à une grosse arnaque commerciale, puisque les mangas se vendent en tant que produits dérivés. Et bien pas du tout. J’ai été agréablement surprise à la lecture et c’est peut être l’une des histoires les plus touchantes et les plus intéressantes que j’ai pu lire jusqu’à présent.

Dans cette courte série donc, on suit l’aventure de Kieli, une jeune fille tout juste âgée de quatorze ans, qui a le don étrange de voir les esprits des défunts. Sa seule et meilleure amie est d’ailleurs le fantôme de sa précédente colocataire. Accompagnée de Harvey, nos deux protagonistes sillonneront Easterbury dans un but bien précis, que je me garde de vous dévoiler sous risque de spoils.

Tout au long des chapitres, on en apprend un peu plus sur le personnage insolite de Harvey, son parcours, son but. Peu patient et toujours à rabrouer la pauvre Kieli, on note un changement dans son attitude qui le rend finalement fort sympathique. Le surnom affectueux « Harvy » dont il a hérité fait sourire, de même que ses frasques toujours un poil ironiques. La relation du tandem Kieli/Harvey est aussi extrêmement touchante. Le trio qu’ils forment avec le Caporal, esprit enfermé dans une radio, est plutôt atypique ; il poursuit une évolution progressive, qui nous laisse le temps d’assimiler et d’apprécier personnages et lieux, de telle sorte qu’en reposant le dernier tome, il est difficile de se séparer d’eux.

frise

Le scénario et l’intrigue sont franchement bien bâtis. On pourrait s’attendre à un manga axé sur le don que possèdent Kieli et Harvey de voir les esprits. Ce n’est pourtant qu’un infime détail dans l’histoire, puisque cette dernière s’oriente exclusivement sur la nature immortelle de l’ancien soldat au front. Des personnages aux caractères propres, bien trempés. Un seul point peut sans doute titiller le lecteur : à chaque début de chapitre, l’héroïne Kieli se sent obligée de nous rappeler qui elle est, qui l’accompagne et quel est le but qu’elle et ses compagnons poursuivent. Ce qui n’empêche absolument pas de terminer le manga sur une note positive, bien au contraire évidemment. La fin de cette saga est d’ailleurs une fin ouverte si on regarde d’un point de vue strictement « manga ». La suite n’a jamais été dessinée ; pour connaitre le fin mot de l’histoire, il faut reprendre les romans « Kieli », les mangas n’illustrant que le tome un.

Côté graphisme, c’est Shiori Teshirogi qui a réalisé ce superbe travail d’adaptation. Tout est fidèle au tome papier, et on retrouve un dessin soigné, épuré et agréable à regarder. On reconnait à ce titre la plume de la mangaka qui s’était également chargée de la série Saint Seiya, The Lost Canvas, préquel de la série originelle Les Chevaliers du Zodiaque.

En bref, c’est un manga que je vous recommande fortement, ne serait-ce que pour les graphismes et la durée de vie de la série (deux tomes). Des personnages attachants, une histoire originale et qui sort du lot, très loin de tout ce qui touche aux esprits et aux immortels classiques. Définitivement à lire !

Captivant

Publicités

2 réflexions sur “Kieli, des morts reposent sur les terres sauvages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s