L’Heure des secrets

« L’HEURE DES SECRETS »

• Auteur : Aikawa Saki

• Titre original : Naisho no Jikan

• Collection : Shôjo (One Shot)

• Parution : 6 mars 2013

• Editions : Soleil – Shôjo

• Prix : 6.99€

• Nombre de pages : 192 pages

Résumé

Boursière et dotée des meilleurs résultats de l’école, Mahiru est en revanche effacée et sans le sou ! Bien que l’établissement interdise formellement d’avoir un petit boulot, elle consacre tout son temps à ses jobs et est même l’hôtesse qui a le plus de succès dans un cosplay café ! Alors qu’elle sort un jour du travail en costume, un camarade de classe appelé Hinata tombe amoureux d’elle sans même la reconnaître ! Elle arrive tant bien que mal à se faire passer pour « Rika » et à éviter les ennuis, mais…

Mon Avis 01

L’Heure des secrets est un shôjo qui ne comporte qu’un seul et unique tome, signé par Saki Aikawa. C’est sa très belle couverture qui m’a tout d’abord tapée dans l’œil. Le résumé me semblait plutôt convainquant, même si ce genre d’histoire, c’est du déjà vu (un air de Kaichou wa Maid-Sama notamment).

On se retrouve aux côtés de Mahiru, boursière et première de sa promotion grâce à ses excellents résultats. On apprend rapidement que le lycée dans lequel elle étudie interdit aux étudiants boursiers comme elle de travailler : pourtant, Mahiru enfreint impitoyablement cette règle pour subvenir aux besoins de sa famille qui est sans un sou. D’un autre côté, nous avons Hinata, héritier d’une riche famille et second de sa classe (derrière Mahiru), toujours à rabrouer cette dernière qu’il apostrophe à tout bout de champ « l’intello ». Un tandem qui m’a rappelé celui que formait Misaki et Usui donc.

Les personnages ont leur caractère propre et ne sont pas totalement niais, ce qui m’a assez surprise quelque part. Malgré tout, je tiens à souligner que les clichés utilisés par l’auteur sont parfois dérangeants (ce n’est pas parce qu’on est riche qu’on tombe amoureux superficiellement ou qu’on ne regarde que la beauté extérieure ou qu’on a forcément pitié des plus pauvres… enfin je crois). Je n’ai également et à aucun moment réussi à m’attacher aux personnages.

Les dialogues ensuite, parlons-en : certaines bulles narrent les pensées des personnages, qui se font certaines réflexions à eux-mêmes ou qui se disent qu’ils devraient faire ceci ou cela. Lorsque c’est fait avec finesse, pourquoi pas. Ici, je ne sais pas si la traduction pêche ou si c’est voulu intentionnellement, mais je trouve ça lourd, trop superficiel. Toutefois, ce n’est qu’un détail.

À ce titre, l’histoire en elle-même ne casse pas des briques mais se laisse lire aisément. On tourne les pages jusqu’au dénouement ultra prévisible. Ce manga permet de passer le temps, de se divertir. N’en attendez rien d’autre.

Un point positif dans cet avis pour le moins mitigé : les graphismes ont le mérite d’être beaux et agréables à regarder. On voit bien que l’auteur a son propre style et on retrouve les codes du shôjo classique. Néanmoins, je pense sincèrement qu’une touche d’originalité aurait facilement pu démarquer ce shôjo d’autres qui ont eu plus d’impact. Dommage.

En bref : un manga qui se lit assez vite, avec des dessins soignés. À lire pour le plaisir et si on a du temps à perdre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s